«

»

Samedi 30 juin – Passau

Passau, mon arrivée en Allemagne; je suis en Bavière. Elle me plaît cette ville au confluent de trois fleuves : le Danube, l’Inn et l’Ilz. On a le goût d’y rester. Une grandeur parfaite pour arriver à vélo et juste assez grande pour être vivante. Beaucoup de gens partent d’ici à vélo direction Vienne la plupart du temps. Certains arrivent par le fleuve aussi sur de petits bateaux de croisière. Beaucoup de gens dans les rues, sur les terrasses, de belles boutiques. C’est une ville universitaire, 10,000 étudiants pour 50,000 habitants.

Je me suis trouvé une petite chambre vraiment mini dans un hôtel plutôt spécial. Sur la largeur, je ne peux même pas m’étendre les bras. Je dirais 1 x 4 mètres. C’est fait comme une cabine de bateau. Ma fenêtre ouverte donne sur le Danube. Quand un yacht y passe, j’entends les vagues sur le rivage.

Je suis arrivée vers la fin de l’avant-midi. Cet après-midi, réservation de mon billet de train vers Stuttgart. Oui, j’ai décidé de couper un peu mon trajet le long du Danube aussi j’y rencontrerai Maryse et Jean-Paul, elle Suisse, lui Allemand rencontrés en Suisse il y a 3 ans. Ils sont passés à la maison l’été dernier. J’ai aussi recherché des cartes pour mon prochain parcours vélo. Je veux aller vers Ulm puis Lindau (Allemagne). Je n’ai pas trouvé ce que je voulais.

Je vois une petite famille passer à vélo: le père, la mère et 3 filles. Je dirais 8, 10 et 12 ans. Ils ont l’équipement de camping. La petite avec son matelas roulé sur son porte-bagage, les 2 autres ont les grosses sacoches et tout. C’est possible ici avec tous ces circuits de vélo toujours sécuritaires, plats, bien balisés. J’aurais bien aimé le faire avec mes 3 fils, mais au Québec: plutôt difficile.

8h: je termine mon souper. Je me dis que je n’ai pas encore tout vu de cette ville. Je décide de retourner à l’hôtel pour prendre mon vélo. Je me balade à travers les rues. C’est la fête ce soir peut-être parce que c’est samedi. Je vois 3 orchestres « live » . Beaucoup de monde dehors. C’est vivant, c’est joyeux.