«

»

Du 8 au 12 mai 2012 – Bernin

Mardi 8 mai (Bernin – Col du Coq)

Journée tranquille. Il pleut beaucoup. J’en profite pour faire un peu l’inventaire de mon bagage. Je me rends compte que j’ai trop de choses. J’enlève, j’enlève encore. Vers la fin de l’après-midi, une éclaircie. Francis me propose une ballade en moto jusqu’au col du Coq. C’est la route que j’aurais prise si j’avais eu un dérailleur, plus courte encore que par le col du Granier où Jean-Pierre m’avait laissé.

Première fois de ma vie en moto. C’est génial!! Amenez-en des cols…mais ouille…en vélo avec mes bagages même avec un dérailleur j’en aurais arraché… Plusieurs cyclistes sur la route. Je m’aperçois aussi que plusieurs ont trois plateaux sur leur vélo.

Mercredi 9 mai (Bernin – Marie et Alain)

Quelques courses le matin, car Marie et Alain des amis viendront manger ce midi. Je me propose pour faire le repas. « Poulet simplissime à la Distasio » son nom le dit c’est très facile à cuisiner.

Marie était professeur de français elle est maintenant à la retraite. Alain était confiseur à Crolles tout près d’ici. Il est depuis quelques mois seulement à la retraite. Dommage, j’aurais bien aimé voir à quoi ressemble une confiserie artisanale. Ils habitent depuis plusieurs années juste en face de la cité Villeneuve à Grenoble. Pour eux ces projets de cités avaient été très bien pensés à l’époque , maintenant c’est vrai que ce n’est plus ce que c’était. Eux y sont habitués, mais maintenant qu’ils sont à la retraite ils déménageront dans leur petite maison à Nice. J’aime beaucoup entendre toutes ces histoires, ces vies, différentes de ce que nous connaissons chez nous. Après leur départ j’emprunte le VTT pour aller me balader autour. Il fait très beau, j’en profite pour faire quelques photos.

 

Jeudi 10 mai (Bernin – Via Ferrata)

D’après le courriel envoyé par Simon et le numéro de suivi de la poste, je devrais recevoir ma pièce pour mon vélo aujourd’hui. Je n’ose pas sortir, car s’il n’y a personne à la maison ils ne laissent pas le colis. 12h30 voilà le camion de livraison. Je suis contente. La voilà cette pièce tant attendue. Je l’installerai demain, car Francis me propose d’aller faire la via ferrata de Crolles. C’est très populaire ici. Il y en a à plusieurs endroits: des faciles, des plus difficiles.

Nous devons marcher 45 minutes en montée avant d’arriver aux parois. Puis nous commençons, bien attachés avec les sangles, les mousquetons et tout. Ce Francis je ne crois pas qu’il réalise que je n’ai jamais fait de via ferrata, que je n’ai jamais fait d’escalade de ma vie, que je n’ai pas la technique et que je n’ai plus 20 ans !! Oui, j’ai peut-être un look de sportive, mais de là à le faire les doigts dans l’nez…ouf…c’est quand même exigeant et quelle hauteur!! Mais je suis fière j’ai réussi. Après, c’est la descente que je trouve longue. Je suis fatiguée, »faite à l’os », les genoux écorchés, les muscles endoloris, des ecchymoses un peu partout, mais heureuse de l’avoir fait.

 

Vendredi 11 mai (Bernin – St-Pierre de Chartreuse)

Après le petit-déjeuner, je remonte le dérailleur, je remets le bout de chaîne que j’avais enlevée, mais je n’arrive pas à rattacher le câble de vitesse: trop court. Je décide d’aller dans une boutique de vélo pour terminer le travail. Mon accent, mon aventure, ma mésaventure de la semaine intéressent toujours. Les gens posent des questions, s’informent. Je pourrais maintenant partir de Bernin mon vélo est réparé, mais ça ne vaut plus la peine, je prends le train pour l’Italie après demain à partir de Chambéry pas très loin d’ici.

Si je n’avais pas eu ce problème mécanique, je serais passée par St-Pierre de Chartreuse avant d’arriver à Bernin. C’est là que se trouve le monastère ainsi que le musée relatant l’histoire et la vie de cette grande communauté de moines, l’Ordre des Chartreux. Cette communauté se retrouve partout à travers le monde. Francis m’offre de m’y amener dans l’après-midi. J’y découvre un lieu unique, grandiose. J’y achète une petite bouteille de Chartreuse, cet alcool produit ici par les moines.

Samedi 12 mai (Bernin – Raphaël)

Mon vélo maintenant réparé je décide d’aller faire une balade. Je vais sur les balcons de Belledonne…là-bas tout en haut…ouf…je suis en début de saison de vélo…je peine un peu. Je suis fatiguée cette semaine… J’en fais peut-être un peu trop. Mais encore…au retour Francis veut m’amener voir la Dent de Crolles. Ça m’intéresse, c’est ma nature, je suis curieuse, je veux tout voir, mais je suis déjà fatiguée avant de partir. Une randonnée qui nous prendra 3 heures. Dommage, tout en haut c’est le brouillard. Nous ne voyons rien. Ce fut par contre une belle montée.

Raphaël, le fils de Francis, ainsi que sa copine Julie seront là pour le souper. Raphael viendra étudier à Montréal en septembre. Il pose beaucoup de questions, il est curieux sur l’hiver et sur toutes sortes d’autres choses. Je lui rappelle de faire bien attention aux indiens, nous rigolons. J’aimerais bien le recevoir chez nous à Val-David.

Je quitte demain je prends le train de Chambéry jusqu’à Riccione en Italie. Mes bagages ne sont pas préparés, mon vélo n’est pas dans son sac. Tant pis, je me dis que je me lèverai tôt pour tout préparer.