«

»

Vendredi 25 mai (Este – Bassano Del Grappa)

Il fait beau ce matin. Je quitte Este et me dirige vers une piste cyclable qui me permettra de faire les premiers 10 km facilement. Je trouve la piste, mais à un carrefour, deux directions possibles. Je m’arrête regarde la carte un gars s’arrête pour savoir si j’ai besoin d’aide. Il se dirige dans la même direction que moi il me propose donc de le suivre. On se comprend quand même assez facilement même s’il ne parle qu’italien. Le hasard…c’est un très bon ami des gens du B & B chez qui j’ai dormi hier soir: Roberto. C’est merveilleux de rouler sans me soucier de savoir si j’ai pris la bonne route. Je n’ai qu’à le suivre. La piste cyclable terminée, il emprunte de petites routes tranquilles, jolies. Je ferai les 30 premiers kilomètres en sa compagnie.

J’ai bien dû prendre le triple du temps pour faire les 55 prochains kilomètres. J’arrête souvent, je regarde ma carte, je demande. J’ai entré les petites villes par lesquelles je voulais passer sur Mapsource puis j’ai transféré le trajet sur mon GPS, mais il veut toujours me ramener sur les routes plus directes où il y a toujours trop de circulation. Je vois bien qu’il y a de petites routes sur la carte je sors donc de temps en temps du tracé. Mon GPS me répète: « demi-tour aussitôt que possible », demi-tour aussitôt que possible » mais je résiste et il finit par comprendre.

Je suis bien chanceuse de l’avoir quand même ce GPS. En arrivant à Bassano Del Grappa, j’entre l’adresse de Letizia et Virgilio. J’arrive devant cet immeuble, est-ce que c’est là ? Je ne suis pas certaine, mais je crois que oui. J’y suis venu en 2009. Je crois reconnaître leur terrasse tout en haut. Oui, c’est bien ici. J’appelle Letizia avec mon cellulaire: « Leti sors sur ta terrasse ». Elle est là tout en haut. Je suis heureuse de la retrouver ainsi que Virgilio son mari.

J’ai connu Letizia à 18 ans. Nous étions au collège ensemble. Un an plus tard, elle et sa famille italienne sont retournées vivre en Italie. Elle y a fait sa vie, mais nous avons toujours gardé contact et nous nous sommes rencontrées à plusieurs reprises depuis toutes ces années. Simon, son frère, que je connais aussi très bien et qui habite tout près, vient nous rejoindre pour le souper. J’habiterai chez lui cette semaine. Il a une grande maison donc plus de place pour m’accueillir.