«

»

Samedi 5 mai – Lyon

L’avion atterrit à Lyon. Je récupère mes sacoches puis ma boîte avec mon vélo. Je m’installe là juste à côté pour le monter. Un gars s’arrête puis quelques minutes plus tard un autre. Ils me disent qu’ils sont cyclistes eux aussi. Mon beau Vai-Vai impressionne. Ils sont surpris de voir une fille toute seule en train d’assembler son vélo.

Je suis prête, je quitte l’aéroport. J’ai réservé une auberge à Crémieux à environ 25 km. Tout va bien. J’avais déjà regardé la route à quelques reprises sur Google. Je ne veux pas juste utiliser mon GPS, car je ne veux pas me retrouver sur des routes avec trop de circulation. Je suis bien « tralalaire »…trop bien…Quelques kilomètres avant d’arriver, tout mon bagage se retrouve parterre à l’arrière de mon vélo. La vis du dessus de mon porte-bagage était mal vissée. Tout est parti vers l’arrière accrochant et cassant mon dérailleur au passage… C’est pas vrai!! Ça ne fait pas 5 minutes qu’un jeune arrête sa voiture pour savoir si j’ai besoin d’aide. Il me laissera moi et mon vélo à l’auberge. Finalement ce n’est pas le dérailleur qui est cassé, mais bien la patte du dérailleur. Cette pièce très spécifique à chaque vélo ou chaque marque qui se trouve entre le cadre du vélo et le dérailleur: la patte du dérailleur. Avec le gars de l’auberge, nous téléphonons chez des magasins de vélo distributeur de Wilier. Tous la même réponse: ils n’ont pas la pièce, ils doivent la commander et pas avant mardi matin, car c’est congé lundi et il faut compter encore 4-5 jours. Nous sommes samedi… C’est pas vrai. Je suis tellement déçue.

J’étais censée être hébergée le lendemain chez des amis d’un ami à environ 80 km de Crémieux. Je rejoins Francis pour lui dire que je ne pourrai me rendre chez ses amis. Nous discutons. Il est 5h15 les magasins ferment à 6h. et sont fermés demain. Il pense: dépêche-toi essaie de trouver une place encore ouverte qui te mettrait ta chaîne fixe sur une vitesse… Génial!!! Mais je suis capable!! Je n’ai pas besoin de personne…Génial !! Merci Richard de m’avoir montré comment utiliser un dériveur de chaîne… la semaine passée. Je suis trop fatiguée, je n’ai pas dormi. Je ferai ça demain matin, au moins je pourrai rouler. Je suis soulagée…tellement soulagée. J’envoie aussi un courriel à mon ami Simon, le frère de Letizia en Italie pour voir s’il ne pourrait pas m’avoir la pièce et la faire livrer où je serai dans quelques jours. Il est italien mon Vai-Vai.