«

»

Dimanche 13 mai (Bernin – Riccione, Italie)

Je me lève très tôt. Mon vélo doit être en partie démonté et placé dans un sac pour le trajet en train. J’avais gardé le sac fourni par Air Transat. Je dois dire que je suis un peu nerveuse pour ce trajet. J’ai mon vélo à transporter plus mes bagages, mais c’est surtout que j’ai 2 transferts. On verra bien. Francis, Raphaël et Julie viennent me reconduire à Chambéry, je leur fais mes adieux, bye bye la France!!

Turin, premier transfert. Je débarque je n’ai que 11 minutes pour me rendre au quai où je dois prendre mon prochain train. Je regarde les tableaux… Fiou!!… c’est sur le même quai. Le train arrive, je vois passer le wagon avec le pictogramme de vélo. Je devrais marcher jusqu’en avant. Tant pis, j’embarque dans le wagon juste en avant de moi. Un employé me voit, il prend le sac avec mon vélo et me dit de le suivre. Nous traversons 5 wagons pendant que le train est déjà en marche pour arriver jusqu’à celui où j’aurais dû aller… merci… Il y a toujours quelqu’un pour m’aider.

Bologne, deuxième transfert…Fiou!!… c’est encore sur le même quai. Le train est même déjà là, en avance. Il attend l’heure pour partir. Je m’informe, le wagon vélo est tout en avant. Je repère le gars le plus costaud autour de moi, un grand gaillard avec un drôle de petit chapeau, genre tyrolien avec des médailles dessus et je lui demande s’il peut m’apporter mon vélo jusqu’au premier wagon. Il est polonais, ne parle ni français, ni anglais, ni italien. Merci!!

J’arrive à Riccione, ma destination. Il pleut. Je remonte mon vélo à la gare, installe mon GPS, j’y ai entré l’adresse de l’hôtel où je dois me rendre. J’y serai pour toute la semaine pour un camp de vélo. Le groupe de Montréal dont je fais partie arrivera demain. Heureuse d’être arrivée. L’hébergement comprend aussi les repas. Le souper est très bon. Je reconnais cette délicieuse cuisine italienne.