«

»

Du 23 au 25 juillet (Blonay – Agde)

Lundi 23 juillet (Genève-Bernin)

Ce matin, André me reconduit au train à Genève. Rapidement, avant de partir, je réussis à avoir la ligne téléphonique d’Air Transat pour réserver ma date de retour en avion. À plusieurs reprises j’avais essayé mais difficile d’avoir la ligne. La première date disponible en début août est le 7. Je prends. Comme m’a dit Fabienne « Le 7 août, c’est tout!! ».

Genève, je fais mes adieux à André. Richard et moi espérons le voir arriver un jour chez nous à Val-David. À la gare de Chambéry, je retrouve Francis qui est venu me chercher. Je suis gâtée avec tous ces gens qui m’aident. Il m’apprend que Marie et Alain rencontrés au début de mon voyage seront aussi à la maison. Je suis contente de les rencontrer à nouveau.

Mardi 24 jullet (Bernin)

Maintemant que je connais ma date de retour je peux planifier la suite. J’achète mon billet de train qui m’amènera à Agde sur le bord de la Méditerranée d’où je pourrai emprunter le Canal du Midi. La distance jusqu’à Toulouse: 240 km. J’ai beaucoup de temps pour me rendre, trop. Je prendrai mon temps, je savourerai les derniers moments de mon voyage. J’arrêterai plus d’une journée au même endroit, Carcassone entre autres. Je pourrai faire de petites incursions en dehors de cette voie du Canal qui me rajouteront quelques kilomètres. J’ai eu Andrée et Jean, de Toulouse, au téléphone hier. Ils me disent que j’arrive quand je veux. Jean m’offre de faire la dernière portion du trajet à vélo avec moi. Ce sera bien.

Il y a plusieurs journées dans mon voyage où je n’ai pas roulé. Mon kilométrage n’est pas si élevé pour 2 mois 1/2. Ce n’était pas le but non plus. Quand je suis quelques jours chez des gens que je connais, souvent je ne roule pas beaucoup ou pas du tout. Peu m’importait aussi le nombre de pays visités. Mais c’est vrai, je n’ai pas encore écrit ces 2 journées: l’une où, à vélo, je me suis rendue en Slovénie à la première petite ville à quelques kilomètres de l’autre côté de la frontière autrichienne, ni cette autre où je suis allée à Budapest en autobus à partir de Vienne…ni cette autre aussi de bon coup de « blues » quelque part en juin. Mais il n’y en a pas eu beaucoup des comme ça. Heureusement…

Au souper, je rencontre d’autres amis de Francis: Agnès et Pierre. Nous aurons de belles discussions, de bons échanges.

Mercredi 25 juillet (Bernin – Agde)

Ce matin je quitte Bernin pour me rendre à Agde en train. C’est là que commence le Canal du Midi à partir de la Méditerranée. J’aurai 2 transferts. Je commence à être habituée. Pour ce trajet, avec au début un train régional (TER) puis un bout avec un TGV avec réservation vélo et un autre TER, je n’ai pas à démonter et mettre mon vélo dans un sac. C’est toute la différence avec le premier trajet que j’avais fait au début de mon voyage de la France jusqu’en Italie où je devais transporter mes bagages et mon vélo emballé: plutôt lourd. Ces trains, ces transferts tout ça était nouveau pour moi. Vous allez rire de moi amis Européens mais je ne savais même pas qu’il fallait regarder les panneaux pour connaître le quai de départ. Au Québec le réseau de train est très peu ou pas développé. C’est dommage.

Bon!! Mon TGV est arrêté en plein milieu du trajet, problème sur la voie. Je raterai ma prochaine correspondance c’est certain. Je ne m’énerve plus maintenant. Il y en aura bien un autre. Effectivement un autre train quitte 1h plus tard pour la même destination. Je suis dans ce train au moment òu j’écris. Un peu des platitudes tout ça mais je me désennuie en écrivant.

Agde, de l’antiquité jusqu’au XVIIIe siècle, cette ville sera l’un des ports de commerce les plus importants de la Méditerranée (c’est écrit dans le guide…). J’ai l’impression que c’est maintenant le tourisme qui doit faire vivre en partie cette ville. Il y a beaucoup de monde. Beaucoup de campings près de la mer, tous pleins à craquer. C’était écrit « full » sur une pancarte quand je suis arrivée à mon camping situé le long du canal, entre la ville et la mer. La dame m’a quand même trouvé une place dans un petit coin bien tranquille.

Je décide d’aller souper côté ville. Plusieurs restos sur le bord du canal. Arrivant de la Suisse, les prix ici me semblent tous plutôt raisonnables. J’en repère un il ne semble pas rester beaucoup de tables, peut-être une ou deux. Je demande si je peux avoir une place: « désolée madame nous sommes complets » . Bon, je repars mais avant je l’entends répondre à deux dames qui arrivent après moi qu’elles sont chanceuses, il reste encore une table…ah! pas gentil ça, non pas gentil!! Mais ce fut un mal pour un bien. Je m’arrête juste un peu plus loin dans un petit resto genre bouffe rapide  avec quelques plats intéressants. Une petite table au bord de l’eau. Sur l’autre rive, beaucoup de gens tout le long avec des chaises et devant une grande scène en plein milieu du canal. Je m’informe. Un peu plus tard, il y aura Axelle Red en spectacle. Je serai aux premières loges!! Un couple et leur fille s’installe juste à côté. Lui me dit « Bon appétit » quand je reçois mon assiette. « Bon appétit », je n’avais pas pensé à cette formule pour entrer en contact avec des gens. »Bon appétit », je retiens. Nous converserons une partie de la soirée. Ce sont des hollandais: Aafke, Janjoost et Belle, leur fille. J’ai rencontré à quelques reprises des hollandais dans mon voyage et à chaque fois le contact est facile, sympatique, intéressant.

Je reviens un peu tard au camping et je décide que je dormirai ici une autre nuit. Je n’ai pas visité la ville et je me dis que j’irai faire un tour du côté du cap d’Agde.  Peut-être aussi une petite pause à la mer. J’ai le temps.