«

»

Mercredi 6 juin – Levico – Bolzano

9h40, je quitte Levico direction Bolzano. J’aurais voulu partir plus tôt, mais Fernando et Doriana me causent. Lui me fait traverser la rue vers un atelier où sont exposées les oeuvres de fer forgé créées par son père aidé par son fils…impressionnant. Au début son père travaillait essentiellement à ferrer les chevaux.

Je passerai par la piste cyclable qui longe le Lago di Caldonazzo. Je suis bien. C’est facile, je n’ai qu’à suivre la piste à travers ces champs d’arbres fruitiers puis le long du fleuve. Peu d’indications par contre avant d’arriver à Trento. A Pergine Valsugane, je suis complètement perdue! Je demande mon chemin à une fille et un gars en vélo de montagne. Ils me disent de les suivre, ils m’indiqueront la route. Nous arrivons chez la fille, Nadia. Elle m’invite à m’arrêter avant de poursuivre ma route: café, crème caramel. C’est sympa cet arrêt.

J’arrive à Trento par la via Claudia Augusta, cette route tracée pour un empereur romain qui est maintenant empruntée entre autres par beaucoup de cyclistes qui veulent se rendre de l’Allemagne à l’Italie. Même si je suis en retard pour ma route je ne peux ne pas m’arrêter dans cette belle ville au centre historique très vivant à cette heure. Beaucoup de jeunes. J’imagine une ville universitaire.

Je sors de la ville et me retrouve encore dans la campagne. C’est venteux. Un gars passe en vélo de route, j’essaie de m’accrocher pour qu’il me coupe le vent. J’ai quand même toujours mes bagages. J’essaie de lui faire comprendre ce que je veux mais il ne comprend pas … mon italien est plutôt sommaire…. Il finit finalement par comprendre. Bruno, je ferai 30 km avec lui. Belle conversation lorsque pour des portions nous roulons côte à côte. Mon aventure surprend et intéresse: « brava » qu’il me dit. Il était parachutiste pour l’armée italienne, mais il a laissé après la première guerre avec l’Irak. Trop différent de ses convictions. Je poursuis ensuite seule pour arriver après 108 km à Bolzano. Longue journée. Je croyais que j’aurais environ 85 km à faire. Il faut que je fasse attention à ce que les gens me disent et vérifier par moi-même. Il faut dire que par la piste cyclable, c’est plus long que par la route principale et en plus je me suis perdue. Je me trouve un B & B. Je suis faite à l’os! Je sors souper. Un « Spritz » en apéro ? Pourquoi pas ! Je suis sur une petite terrasse près de la Whalter plaza. Beaucoup, beaucoup de gens à vélo. Ça me fait penser à Ferrara. Des pistes cyclables partout, des parcs longeant les 2 fleuves (Isarco, Talvera) qui se croisent dans cette ville entourée de montagnes. Beaucoup de touristes, de gens de montagnes, des cyclistes, des cafés et terrasses partout. C’est vivant.