«

»

Vendredi 8 juin – Bolzano – Bressadone

Le matin, conseillée par Paul et Sigi, je vais marcher sur les hauteurs de Bolzano. C’est joli et on voit toute la ville d’en haut. Il y a des sentiers partout ici. Je trouve les gens beaux, grands, athlétiques.

2 h: Je pars un peu tard pour ma prochaine destination, mais ce n’est pas trop loin, Bressadone, 45 km. Il pleut légèrement, mais je décide de partir quand même. C’est facile et tellement bien indiqué ces pistes cyclables. La vallée se rétrécit, les montagnes se rapprochent. Je vois par endroits l’autoroute qui passe tout en haut. Après 8 km la pluie qui s’intensifie. Je décide de sortir l’attirail lourd: manteau et pantalon goretex, couvre-chaussures et même des gants de vaisselle en caoutchouc jaune que j’enfile par-dessus mes gants de vélo. Je me sens un peu ridicule avec ces gants, mais je roule complètement au sec.

C’est beau, je longe la rivière parfois des bouts sur des routes tranquilles et ce parcours toujours bien indiqué. Je n’ai pas à me casser la tête pour les routes à prendre…je suis bien…dans ma bulle…en train de traverser les Dolomites les doigts dans le nez !! C’est étrange, je suis seule, mais en même temps je ne le suis pas. Je suis avec toutes mes pensées, je pense aux miens, à mes amis, aux gens rencontrés à ce que je vais écrire ce soir. Je croise des groupes parfois, eux aussi à vélo. Souvent des Allemands. Ça ne me dirait rien de partir ainsi avec 10-15 personnes. Là, j’arrête quand je veux, je mange quand je veux, je prends des photos quand je veux, oui je suis bien. J’ai croisé des gars qui voyagent seul, mais jamais de fille.

J’arrive à Bressadone 5 minutes avant la fermeture du bureau de tourisme. Je suis chanceuse… je n’avais rien réservé. La fille me propose une « pensione » tout près, pas cher. C’est parfait. La chambre est vraiment jolie avec un petit balcon fleuri. Je sors souper. C’est tellement beau ces petites villes du sud Tyrol avec toujours une grande place où les petites rues se rejoignent. Je m’informe à un commerçant pour un endroit où les gens de la place vont manger. Il me conseille une brasserie, parfait! J’y bois une « radler » bière avec de la limonade, rafraichissant, et je mange de la saucisse avec de la polenta. Je ne me sens vraiment plus en Italie même si j’y suis encore. J’entends beaucoup plus parler allemand qu’italien. Plus tard dans la soirée, ce sera une gelato sur la grande place où un très bon groupe rock s’y produit.